Matra-Simca Bagheera, on peut s’y mettre à trois !

« Moi ce que j’aime chez Daniela, c’est que l’on peut s’y mettre à trois » chantaient les Elmer Food Beat en 1994 ! Pensaient-ils à la Bagheera lorsqu’ils ont composé leur chanson coquine ?

« Whaou, t’as vu ca ? Trois sièges l’un à côté de l’autre ! », tels étaient les propos de mon copain d’enfance Denis lorsqu’il a vu pour la première fois le nouveau coupé sport proposé par Matra en 1973. Cette caractéristique a fait couler beaucoup d’encre car tout à fait originale et unique sur un modèle de série. Mais elle n’est pas née tout à fait par hasard : d’une part Matra voulait se démarquer de la concurrence en proposant un « plus » décalé. D’autre part, une étude de marché de l’époque montrait que les véhicules à deux places avaient une diffusion limitée. Comme l’architecture mécanique retenue pour la Bagheera était de positionner le moteur en position centrale arrière, il n’y avait évidemment pas de place pour un siège ! Le déclic de la configuration en trois places frontales vient finalement d’un voyage vécu par l’ingénieur Philippe Guédon. Partant à trois passagers de Romorantin pour rejoindre Paris par la route avec un break chargé jusqu’au toit, ils n’avaient d’autre choix que de s’entasser sur la banquette avant du véhicule. A l’arrivée, les trois compères ont finalement conclu que le voyage ne s’était dans ces conditions pas si mal passé. Après avoir checké la largeur aux coudes, il a été décidé d’appliquer cette solution à la Bagheera ! La largueur inhabituelle de 1,73 m pour un coupé sportif, plus en phase avec une grosse berline, va bénéficier au design dont les proportions hauteur/largeur vont rappeler les supercars italiens. Il sera d’ailleurs récompensé par un prix de l’esthétique automobile, certains surnommant même cette Bagheera de « petite Miura » !

Mais revenons un peu sur Matra qui au départ n’est pas du tout une marque automobile mais bien un constructeur d’armes et notamment de fameux missiles ! L’acronyme Matra signifie Mécanique Aviation Traction. C’est en 1964 que le patron de l’époque, jean-Luc Lagardère, décide d’investir le secteur à la fois pour promouvoir la marque et diversifier cette dernière. Il va commencer par reprendre le constructeur René Bonnet en faillite et va transformer la Djet en Matra Jet. En 1967, il va commercialiser sa première vraie création : la 530 à moteur Ford. Deux véhicules qui ont connus une diffusion assez limitée et notamment pour le deuxième du à son manque de noblesse mécanique, des problèmes de fiabilité et surtout un prix de vente trop élevé au regard de la cible visée. Avec la Bagheera, le but était de proposer un produit de qualité restant dans des coûts raisonnables afin d’élargir le potentiel commercial. Pour éviter de reproduire les déboires connus avec la 530, on va trouver une collaboration avec Simca qui fournira un réseau de vente ainsi qu’une grande partie des éléments mécaniques : moteur, suspensions, direction en provenance principalement de la Simca 1100 TI. Les ingénieurs Matra vont bien-sûr y mettre leur touche personnelle avec comme amélioration de réduire le bruit de machine à coudre caractéristique de la Simca 1100. Ceux qui ont eu une grand-mère cousant elle-même des vêtements sur une « Singer » savent exactement de quoi je parle !…

Matra étant, au début des années 70, très présent dans le sport automobile et notamment aux 24 Heures du Mans, gagnés en 1972, 73 et 74. C’est sur ce circuit en ouverture de la course 1973 que sera présenté en grande pompe la Bagheera : 50 d’entre-elles faisant un tour de circuit en lever de rideau. Au total il y aura 520 modèles identiques alignés sur le parking et dont les concessionnaires pourront repartir au volant de l’une d’elles. Quelle formidable promotion pour le véhicule !

Bagheera jaune
Matra Bagheera jaune soleil de 1973

Née avec le moteur de la 1100 TI d’une cylindrée de 1294 cm³ et développant 84 ch, la Bagheera va bénéficier en 1976 de l’évolution mécanique montée sur la Simca 1308 GT : la cylindrée est portée à 1442 cm³ et la puissance est désormais de 90 ch. Celle-ci, badgée S, sera reconnaissable à quelques touches esthétiques noires sur le capot, les encadrements de vitres et les jantes alus. Un rétroviseur droit est rajouté afin de compenser la piètre visibilité arrière.

Bagheera S bleue
Matra Bagheera bleu satéllite métal de 1976

En 1977, une grosse évolution esthétique va faire son apparation à travers l’ajout de pare-chocs plus imposants et revenant sur les côtés latéraux ainsi que des feux arrières repris de la 1308 GT. Ces modifications alourdissent à mon sens le design du véhicule et comme avec les Renault 15/17 du précèdent article, je préfère la première mouture, seule donc illustrée ici.

Il n’y a donc pas eu de super Bagheera me direz-vous ? Non ou presque, car un projet U8 était bien avancé, Matra ayant même officialisé des photos. Le principe était d’assembler par un carter commun deux moteurs 4 cylindres d’où cette dénomination U8 car nous n’étions pas en présence d’un V8. Mais la mise au point complexe et le manque de fiabilité lors des tests ont avorté la commercialisation du modèle. Dommage !

Mais vous me voyez venir avec mes grands sabots, je vous ai imaginé une Bagheera S à moteur V6 dont l’allure générale serait un peu plus musclée. Voici donc à quoi ressemblerait la SV6 :

Bagheera SV6 verte
Matra Bagheera SV6 vert métal

Imaginons également une série spéciale célébrant les victoires des 24 Heures du Mans dans les couleurs typiques des Matra de course de l’époque, la SV6 24 :

Bagheera SV6 24 insta
Matra Bagheera SV6 24

Au final, La Bagheera, dont le nom est directement inspiré de la panthère du livre de la jungle (!), a été produite à presque 50 000 exemplaires jusqu’en 1980. Remplacée par la Talbot Murena, qui au cours de sa brève carrière ne se vendra qu’à 10 000 exemplaires, PSA ayant décidé d’arrêter les frais en 1983.

Matra reviendra sur le devant de la scène avec l’Espace, en collaboration avec Renault, sonnant définitivement le glas des voitures sportives de la marque.

Et Elmer Food Beat dans tous ça ? Ont-ils pensé à la Bagheera voire à la Murena ? Sans doute pas, mais je trouvais amusant de faire le parallèle !

2 commentaires sur “Matra-Simca Bagheera, on peut s’y mettre à trois !

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :