Citroën GS coupé, un style élégant

Après Peugeot et Renault, passons chez Citroën avec un véhicule qui n’a jamais existé dans la gamme.

Septembre 1970, Citroën présente la GS qui a pour but de compléter la gamme en comblant le trou existant entre les bicylindres 2 CV/Dyane/Ami 6 et les hauts de gamme DS/SM. La concurrence est déjà bien présente sur le segment avec les Peugeot 204/304, Renault 12 et Simca 1100. Citroën vient batailler sur ce secteur avec une voiture bien dans l’esprit avant-gardiste de la marque à l’époque car son architecture mécanique moderne, inclus des évolutions techniques majeures comme la suspension hydraulique. Au cours de sa carrière qui durera jusqu’en 1984 (!), elle connaîtra un succès très honorable et sera restylée en 1979 devenant GSA et obtenant après de longues années le hayon qui lui manquait. Eh oui, sur la GS il y avait une porte de coffre très peu pratique car il fallait vraiment se contorsionner pour atteindre le fond du coffre. Un choix étonnant et pour le coup pas innovant du tout, surtout quand on pense que la Renault 16 avait montré la voie cinq ans auparavant !

Contrairement à d’autres constructeurs tels qu’Opel ou Ford qui déclinaient un modèle en de nombreuses carrosseries : berline à 2 et 4 portes, break, coupé. Citroën s’est souvent contenté de limiter ses carrosseries aux berline et break. C’est le cas de la GS qui n’a jamais connu de variante deux portes. Pourtant elle aurait très bien pu s’en accomoder car en perdant une découpe de porte, la ligne devient plus pure et l’allonge visuellement. Il est par ailleurs assez étonnant de noter que le profil a bien supporté le poids des années. Je vous propose donc aujourd’hui d’illustrer ce qu’aurait pu donner une GS à deux portes dans deux versions haut de gamme : en premier lieu la version « luxe » dénommée Pallas reconnaissable à ses nombreux chromes et surtout à ses enjoliveurs typiques de ces versions qui font penser à un couvercle d’auto-cuiseur ! A l’époque je n’était pas fan, mais il faut leurs reconnaître, avec le recul des années, un certain charme.

GS coupe pallas bleue marine blog
Citroën GS Pallas Coupé Bleu Marine

Ensuite je vous propose la version sport dont le look s’inscrit bien dans la période où les chromes sont remplacés par le noir mat. A ceci se rajoute les filets latéraux courants à l’époque, les jantes inspirées de la grande soeur SM et pour finir, une teinte orange emblématique des années 70 !

GS coupe sport orange blog
Citroën GS Coupé Sport Orange

Les coupés en France en 1970 étant peu courants, Citroën aurait pu se démarquer sur le marché et ainsi concurrencer le coupé Peugeot 304 qui à rencontré un beau succès parmi la jeunesse dorée !

2 commentaires sur “Citroën GS coupé, un style élégant

Ajouter un commentaire

  1. Il me semble qu’au sujet des Citroën GS, dans des versions plus sophistiquée, on devrait également évoquer la version Birotor, avec son fameux moteur Comotor, sa carrosserie légèrement modernisée et son tableau de bord plus luxe.

    J'aime

    1. Oui tout à fait, mais cette version n’ a été qu’un feu de paille, sorti au moment de la crise pétrolire de 1973, sa consommation élevée propre au moteur rotatif n’était plus en phase avec les économies d’énergies prônées ou souhaitées à l’époque ! Seul Mazda a continué a produire ce type de moteur, aujourd’hui disparu des catalogues.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :