Peugeot 205, il n’y a pas que la GTI !

Aujourd’hui, lorsque l’on évoque la 205, on pense en premier lieu à la GTI. Pourtant, il y a eu de nombreuses versions autre que cette dernière dont les tarifs en collection n’ont cessé de grimper ces dernières années, ne permettant plus à tout un chacun d’un acquérir une. Pour ces personnes, il existe de nombreuses autres possibilités encore abordables. Retour sur les différents modèles proposés par Peugeot sur le marché français.

La première gamme, uniquement en cinq portes

Les premières 205 sont présentées en février 1983, d’emblée dans une palette de finitions large, répondant aux aspirations de chacun, allant de la très simple « 205 » à la très chic GT.

Mécaniquement parlant et pendant les cinq premières années, les 205 essences reprennent les mécaniques « X » déjà vues sur la 104.  A partir du millésime 1988, celles-ci seront remplacées par une nouvelle génération à la conception plus moderne dite « TU » et partagée entre-autres avec sa cousine Citroën AX. Il est amusant de constater que les cylindrées entre les anciens et les nouveaux moteurs sont rigoureusement identiques. Sans doute Peugeot appliquait déjà à l’époque les principes de la rationalisation. J’imagine que certaines pièces et outillages utilisés et dimensionnés pour la 104 seront repris tels quels sans changement pour la 205. En sus de ces moteurs essences, Peugeot proposera les versions diesels à partir de 1984 qui disposeront des fameux et fiables XU partagés avec de nombreux autres modèles de la gammes PSA.

205

L’entrée de gamme ne comprend pas de sigle, elle est simplement nommée « 205 » et quand on examine le produit de près, on constate qu’il s’agit réellement d’un bas de gamme car l’équipement est réduit à sa plus simple expression : extérieurement, il n’y a pas de baguettes latérales, pas de jonc chromé sur les pare-chocs, pas d’enjoliveurs et les teintes disponibles sont uniquement non-métallisées. L’intérieur est tout aussi pauvre avec des dossiers de sièges fixes au garnissage en simili cuir et une instrumentation réduite à l’essentiel. Disponible uniquement avec un petit moteur essence de 954 cm3 et 45ch., cette version permet à Peugeot d’afficher un prix de départ très bas, mais on se demande bien qui est prêt à acquérir une voiture aussi pauvre sinon les administrations tels que par exemple les Eaux et Forêts.

GL/GLD

Est-ce que Peugeot a jugé être allé trop loin avec sa finition « 205 » ? Car très vite, sur la même base mécanique, une GL un peu plus civilisé va être introduite en ajoutant des équipements de confort tels que les sièges inclinables, les accoudoirs, l’allume-cigare, pour citer ces quelques exemples et détail amusant, un réservoir qui passe à 50 l au lieu de 40 l ! Une seconde motorisation essence 1124 cm3 de 50 ch. ainsi qu’un diesel 1768 cm3 de 60ch. seront également disponibles. Cette finition deviendra, avec la GR, une des plus prisée par la clientèle. Elle servira également de base pour élaborer de nombreuses séries spéciales abordées plus loin.

GR/GRD

Avec la GR, on monte encore un peu en gamme avec une présentation plus avenante : les roues gagnent des enjoliveurs, la carrosserie est protégée par des baguettes latérales, les sièges aux tissus spécifiques intègrent des appuie-têtes et divers autres équipements en font un parfait compromis en regard de son tarif. Disponible en diesel 1768 cm3 et essence 1124 cm3, on pourra également opter pour un 1360cm3 essence de 60 ch.

SR/SRD

Disponible en essence avec le seul 1360 cm3 et en diesel, cette version figure le haut de gamme classique que l’on reconnaîtra grâce aux joncs chromés sur les pare-chocs ainsi qu’à ses jantes aciers au dessin agréable et aux pneus plus larges lui donnant une assise plus affirmée. A l’intérieur des sièges en velours, une banquette rabattable en deux parties, une console centrale finissent de lui donner son cachet haut de gamme.

GT

C’est l’autre version de pointe avec une petite prétention sportive en plus, car le moteur de 1360 cm3 est équipé de deux carburateurs simple corps et développe 80 ch. C’est ni plus ni moins le moteur utilisé par la 104 ZS. Des filets latéraux, un becquet sur le hayon et un compte-tours renforcent le côté sportif. Des jantes en alliage léger sont disponibles en option et c’est la seule version dont les jupes de pare-chocs sont peintes de la couleur de la carrosserie. Avec cette finition GT, Peugeot propose d’entrée de jeu une version bien équipée, avec une présentation chic et un moteur performant. Lors du passage au moteur TU, elle développera 85 ch. avec un carburateur double corps.

L’arrivée des trois portes en 1984

Il faudra attendre mars 1984 pour voir la première trois portes, la GTI qui gardera l’exclusivité de cette carrosserie pendant quelques mois et fera l’image pour les modèles à suivre. Ces derniers ne seront commercialisés que six mois plus tard pour le millésime 1985. D’emblée, le style de la 205 trois portes grâce à sa découpe de vitre latérale arrière, se distingue de la concurrence en rajoutant une originalité qui donnera tout son sel à sa personnalité. Les deux haricots disposés sur la custode, afin de la rendre visuellement moins épaisse, deviendra également un signe distinctif. Ainsi, elle se démarque des cinq portes en rajoutant un petit plus au dessin originel déjà bien réussi. La gamme de départ se cale évidemment sur cette dernière en retrouvant les équivalents finitions.

XE

Cette proposition est l’équivalent de la « 205 » cinq portes avec un petit moteur, un équipement et une présentation tout aussi pauvre.

XL/XLD

Les XL/XLD ne sont ni plus ni moins identiques à la GL mais en trois portes.

XR/XRD

Vous avez désormais compris que les XR/XRD correspondent aux GR/GRD. On notera une petite entorse à la duplication de la gamme car il n’y aura pas d’équivalent stricto sensu à la SR.

XT/XTD

Ceux qui ne pourront pas se payer une GTI mais voudrons néanmoins opter pour la carrosserie trois porte conjuguée à un moteur performant vont se rabattre sur cette XT, en attendant la XS qui se rapprochera esthétiquement d’une GTI. Sur certains marchés, dont la France, cette finition sera disponible en diesel.

Les dérivés sportifs

XS

Eh oui, il n’y a pas que la GTI qui soit sportive dans la gamme 205 ! Pour le millésime 1987, Peugeot introduit cette version XS qui n’est ni plus ni moins qu’un croisement entre une XT et une GTI : toute la base mécanique provient de la première et de la seconde on reprend le spoiler avant, les sièges et le volant. Cette XS s’adresse à ceux qui ne veulent (ou ne peuvent !) pas investir dans une GTI ! Elle rencontrera un grand succès et cannibalisera les ventes de la XT qui sera finalement stoppée. Bien qu’elle ne dispose pas du train avant bien guidé de la GTI, elle reste, avec ses 80 ch. puis à partir de 1988, 85 ch., une voiture vivante et amusante à conduire.

Rallye

La Rallye relève d’une toute autre philosophie : ici c’est le sport avant tout, pur et radical. L’équipement est réduit au strict minimum afin de gagner un maximum de poids, on est proche d’une XE, sauf pour les sièges baquets et le volant repris de la GTI. Cette dernière donne également ses trains avant et arrière et la cylindrée sera calée à 1294 cm3 afin de rester dans la classe des moins de 1300 cm3 en sport automobile. Alimentée par deux carburateurs double corps, la puissance sera de 103 ch et les performances sont équivalentes à une GTI de 105 ch, mais avec un moteur beaucoup plus pointu à utiliser car il faut chercher les chevaux dans les hauts tours. Si vous cherchez une voiture silencieuse et confortable, passez votre chemin, ce n’est pas pour vous. Par-contre si vous voulez vous initier à la course automobile, alors foncez, c’est d’ailleurs ce que feront nombres d’acheteurs. Sachez enfin que ce modèle est autant recherché aujourd’hui qu’une GTI, sa cote étant au même niveau qu’une GTI 1,6 l.

Les séries spéciales

Fin des années 70 et courant des années 80, les séries spéciales étaient la grande mode, permettant de soutenir un modèle en difficulté ou afin d’écouler les stocks avant un restylage. Deux trois équipements en plus, une décoration spécifique, un nom de baptême évocateur et le tour était joué !

Lacoste

Avec la toute première série spéciale de 205, ce n’était néanmoins pas le cas, Peugeot proposait alors un vrai modèle de pointe se distinguant de la gamme courante. La marque Lacoste avait à l’époque une forte image BCBG et il était de bon ton de porter le fameux polo au crocodile vert, de nombreuses contrefaçons circulaient d’ailleurs ! Peugeot décide de profiter de cette notoriété pour lancer en mai 1984, à l’occasion du tournoi Roland Garros, cette version exclusive difficile à trouver aujourd’hui. L’opération sera reconduite en 1985 et 1986 en 3 portes uniquement alors que celle de 1984 disposait de 5 portes. Elle est basée sur les SR et XT avec une présentation, un équipement haut de gamme et un moteur de 1360 cm3 de 60 ch. Si on devait faire un parallèle avec notre époque, on pourrait dire que son image un peu branchouille est similaire à une Mini d’aujourd’hui !

Open

On reste dans le sport avec l’Open qui fait référence au golf. C’est la XR qui servira de base et comme la Lacoste vu ci-dessus, elle bénéficiera d’un toit ouvrant finalement assez récurrent sur les séries spéciales 205. Le modèle sera proposé quelques années et sa présentation avenante sera bien appréciée de la clientèle.

Green

Proposée à partir de 1988, la Green reste dans le golf et va reprendre quasiment à l’identique la philosophie de la Lacoste. Pourquoi n’avoir pas continué tout simplement à proposer cette dernière ? Soit c’est le service Marketing qui voulait diversifier ses propositions, soit Lacoste devenait trop gourmand en royalties ? Allez savoir…

Roland Garros

Retour au tennis avec la Roland Garros présentée en 1989, c’est sans doute la série spéciale la plus haut de gamme car basée sur une XS de 85 ch. La présentation est exclusive et se distingue surtout par son intérieur mi-tissu écossais, mi-cuir blanc, le tout rehaussé de ceintures de sécurité rouge ! L’extérieur se pare d’une très jolie teinte vert métallisé. Le succès sera tel qu’elle sera reconduite plusieurs années et la formule sera déclinée sur de nombreux autres modèles de la gamme Peugeot : 106, 206, 306, etc… Assurément un emblème de la gamme Peugeot.

Indiana

En 1991 et 1992 sera proposé une autre série spéciale baptisée Indiana. Très originale car à l’intérieur, les vide-poches aux dos des sièges et sur les contre-portes sont remplacés par des sacoches d’aventurier en tissu ! L’équipement avec son toit ouvrant, ses vitres électriques, ses sièges sports et tableau de bord reprit de la XS est très riche. La couleur dominante est le beige tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, les jantes étant teintées en bronze afin de mieux s’accorder à l’ensemble. La motorisation de 1360 cm3 et 75 ch, combiné avec la présentation, place l’Indiana, au même titre que la Roland Garros, au sommet de la gamme 205.

Champion

On redescend en gamme avec la 205 Champion basée cette fois sur une XL : de simples stickers, des jantes aciers reprises des GT, XS, combiné avec un rouge pétant lui donne somme toute une personnalité pimpante. Le nom fait bien sûr référence à la marque de vêtements de sport bien connue, elle est proposée à la vente en septembre 1990 lors d’une opération commerciale « les 10 jours Champion » organisée par Peugeot. Encore une série à succès puisque 4500 exemplaires ont été produits alors qu’au départ il en était prévu que 3000. Petite remarque au passage, ce sera une des rares 205 à n’être proposée qu’en trois portes.

Junior

La 205 Junior est sans doute la série spéciale la plus populaire et la plus connue. Devant son succès, Peugeot décidera de l’intégrer à la gamme. Il s’agit avant tout de proposer une voiture économique destinée aux jeunes, mais comme les XE, XL et GL ont une présentation sommaire, on va la rendre plus attrayante par des enjoliveurs, baguettes de pare-chocs, stickers latéraux et surtout des sièges en jean, emblème du modèle. Ainsi, elle ne fait plus bas de gamme du tout ! Disponible au départ en blanc, argent et rouge, le bleu sera rajouté par la suite. En termes de motorisation ce sera le petit 954 cm3 de 45 ch en essence et le 1781 cm3 en diesel qui seront proposés.

Look

Introduite début 1990, cette série spéciale est basée sur une XE et n’est disponible qu’en trois portes dans un premier temps. Ici, on refait un peu la même chose qu’avec la Junior, puisqu’on va retrouver des sièges en jean mais noir cette fois-ci. On retrouve également les habituels stickers propres à chaque série spéciale. Le succès fut, à nouveau, au rendez-vous et Peugeot renouvellera l’opération en 1991 en proposant en plus la carrosserie cinq portes.  

Color Line

Voilà encore une série spéciale qui a marqué l’histoire de la 205, une fois de plus basée sur les XL et GL, elle sera très populaire. Le mot d’ordre et « couleur », ainsi, on va retrouver des bandes latérales rouge et verte sur ses flancs. A l’intérieur, à nouveau le fameux jean noir mais avec des surpiqures rappelant les stickers extérieurs et une moquette rouge ou verte en fonction de la teinte extérieure. On aura le choix entre un moteur essence et un diesel.

Style

Il fut une époque ou Peugeot avait pour habitude de proposer cette finition style sur des modèles en fin de carrière et bénéficiant donc d’une présentation avenante et d’un équipement plutôt bien fourni. C’est le cas de cette 205 Style introduite en 1993.

Océane

Proposée uniquement en deux teintes, blanc Meije et Bleu d’Arabie, sa présentation générale sera assez sobre avec une dominante bleue à l’intérieur. On ne pourra opter que pour le petit moteur essence de 945 cm3.

Les compléments haut de gamme

D Turbo

Le diesel ayant pris de l’ampleur avec la technologie du turbo qui donne des ailes à ces moteurs réputés poussifs, Peugeot va, en 1991, introduire une 205 D Turbo en 3 et 5 portes. A l’extérieur elle va reprendre le look de la XS la plaçant de fait dans une définition plus ou moins sportive. L’intérieur avec les sièges baquets de la GTI garni de velours fera néanmoins plus luxueux que sportif. Le moteur de 1769 cm3 de cylindrée développe 78 ch., permettant à cette version de croiser à 175 km/h et faisant d’elle une référence des petits diesels sur vitaminés du marché.

Gentry

Toujours en 1991, Peugeot décide d’investir le marché du petit modèle de luxe, à l’instar de Renault avec ses finitions Baccara. C’est la GTI qui servira cette-fois de base mais bien sûr on va calmer le jeu avec un moteur 1905 cm3 d’une puissance ramenée à 105 ch, des baguettes extérieures qui passent du rouge au chromé et surtout un intérieur en cuir et avec des inserts en bois. Elle ne sera disponible qu’en deux teintes, le vert sorrento et le plus rare beige mayfair. Une boîte automatique est proposée en option.

Autres versions

Automatic

A l’époque de la 205 on ne jurait que par les boites manuelles, les automatiques n’ayant pas encore fait les progrès de celles d’aujourd’hui, on les jugeait moins performantes, plus gourmandes en carburant et il faut bien le dire, les véhicules équipés d’une telle boite étaient considérés comme des voitures de vieux ! Néanmoins, un marché existait et Peugeot décide d’en faire partie d’autant que la marque proposait depuis longtemps ce type de transmission. Cette finition, introduite en 1986, sera placée en haut de gamme car la présentation générale sera calquée sur la SR. Le moteur sera le 1600 cm3 de la GTI afin de bénéficier d’un couple élevé pour emmener la boite, mais dégonflé à 80 ch. On la reconnaît à son capot disposant d’un embouti marqué en son milieu, très apprécié des amateurs de tuning !

XA/XAD

Proposées dès 1985 en essence et diesel, les XA/XAD figurent les versions utilitaires de la 205. La présentation générale, les équipements se calquent sur la XE et on pourra opter pour une occultation de la vitre latérale arrière. Un parfait petit utilitaire pour la ville.

La fin de carrière

Sacré Numéro

Peugeot ayant décidé de spliter la succession de la 205 en deux modèles : 106 pour ceux qui veulent conserver un modèle compact et 306 pour ceux qui veulent une voiture plus spacieuse accompagnant ainsi une évolution familiale, il n’y a pas de remplaçante directe de la 205. Ceci expliquant la prolongation de sa carrière au-delà des plans initiaux, jusqu’à l’avènement de la 206 qui sera considérée comme la vraie remplaçante. En 1994, on oublie toutes les finitions connues jusqu’alors et on baptise cette dernière en clin d’œil au slogan des premières publicités : « Sacré Numéro ». Une finition unique mais avec un équipement complet et encore de nombreuses motorisations disponibles. Ce qui permettra au client de profiter encore quelques temps des qualités de la 205.

Génération

Toute dernière finition disponible sur une 205, la « Génération » est encore simplifiée par rapport à la Sacré Numéro avec un choix de motorisation réduite. Elle sera commercialisée de 1997 à 1998 et fera donc la jonction avec la 206. C’est elle qui fermera le ban d’un formidable succès de près de 5,3 millions d’exemplaires produits en l’espace de 15 ans.

Vous me direz qu’il manque des versions et vous aurez raison ! Il y a pléthore d’autres séries spéciales telles que, Zenith, T-Shirt, etc… Elles sont si nombreuses, sans comptez celles spécifiques à l’export, qu’il est quasiment impossible de faire le tour de la question sans y consacrer un temps conséquent de recherche. Je vous ai donc proposé celles qui me semblait les plus emblématiques pour différentes raisons : esthétique, popularité, succès commercial, etc…

Pour conclure je vous propose un résumé de toutes ces versions en y incluant les GTI et les cabriolets (qui feront l’objet d’un article dédié) sous forme d’un poster à commander ci-dessous. Voir également le nuancier 205 GTI disponible au bas de cette page.

Disponible en boutique :

Poster 50 x 70 Peugeot 205, les différentes versions

Poster aux dimensions de 50 x 70 imprimé sur papier photo mat de haute qualité garantissant une netteté et un rendu des couleurs excellents.

70,00 €

Poster 50 x 70 Peugeot 205 GTI, nuancier 1984 – 1994

Poster aux dimensions de 50 x 70 imprimé sur papier photo mat de haute qualité garantissant une netteté et un rendu des couleurs excellents.

70,00 €

Poster 40 x 60 Peugeot 205 GTI, nuancier 1984 – 1994

Poster aux dimensions de 40 x 60 imprimé sur papier photo mat de haute qualité garantissant une netteté et un rendu des couleurs excellents.

60,00 €

Poster 30 x 40 Peugeot 205 GTI, nuancier 1984 – 1994

Poster aux dimensions de 30 x 40 imprimé sur papier photo mat de haute qualité garantissant une netteté et un rendu des couleurs excellents.

50,00 €

7 commentaires sur “Peugeot 205, il n’y a pas que la GTI !

Ajouter un commentaire

  1. Franchement trop jolis, c’est un plaisir à regarder. Merci beaucoup. Bien que roulant en GTI 130 bleu Miami, Il est vrai qu’il n’y a pas que la GTI. D’ailleurs à quant des illustrations des 05 portes et cabriolets ?? Excellente continuation. JP. H

    J'aime

    1. Merci Jean-Paul pour votre commentaire sympathique. La config 130 ch en bleu Miami est top ! Moi-même j’ai une 115 en gris graphite mais ne dédaigne pas non-plus les autres modèles de 205, ni d’ailleurs nombre d’autres véhicules ! Afin que ce soit plus complet, il manque effectivement les 5 portes et les cab, ainsi qu’une vue arrière d’ailleurs. Il faudra un jour que je le fasse… encore merci !

      J'aime

    1. Salut JP, ben c’est déjà pas mal du tout ! On peut dire que tu as assidument pratiqué la 205 ! je la pratique encore de temps en temps et c’est amusant de se retrouver avec une voiture « sans filtres » ! Bonne soirée à toi aussi.

      J'aime

Répondre à Stéphane Ascoët Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :